publicité

Révélation : un document interne confirme la rentabilité du site de Florange

Il s’agit d’un document interne au groupe sidérurgique dont la CFDT a obtenu une copie. On y découvre un schéma technique mais évident : Florange est l’un des sites ArcelorMittal les plus rentables d’Europe du Nord.

  • Hélène Messang - Eric Molodtzoff - Emmanuel Bouard
  • Publié le 12/12/2012 | 17:27, mis à jour le 13/12/2012 | 11:08
petitarcelor.jpg
Contrairement aux arguments développés par ArcelorMittal lors de l’annonce de la fermeture de la phase liquide de Florange, les courbes présentées sur ce graphique prouvent que le site mosellan est tout à fait compétitif.


C'est un document explosif sorti tout droit des tiroirs d'ArcelorMittal.

Les courbes comparent le prix de revient de la bobine d’acier fabriquée dans les 5 usines de la division Nord : Gand, Brême, Dunkerque, Liège et Florange. Le graphique montre que le site lorrain se situe  dans la moyenne. L'acier produit n'est ni le moins cher, ni le plus cher. Mieux, le document montre que si l’acier lorrain accuse un surcoût de 24€ / tonne dû au transport des matières premières, ce surcoût est annulé grâce aux excellentes performances des usines de la vallée de la Fensch.
Florange est avec Gand, l'usine intégrée la plus rentable de la Division Nord d'ArcelorMittal.


© Claude Mangin France Télévisions Lorraine
© Claude Mangin France Télévisions Lorraine

L’analyse de ce schéma confirme, chiffres à l’appui,  les conclusions du rapport  Faure

Rendu au Ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg le 27 juillet 2012, le rapport Faure  avait conclu à la viabilité du site de Florange notamment en raison de sa position géographique ("les atouts du site intégré de Florange, idéalement localisé par rapport à ses grands clients"), la qualité de l’acier produit ("qui se distingue par la technicité des aciers à haute valeur ajoutée produits par ses chaines à froid ")  et soulignait que " la présence d’un site sidérurgique intégré à Florange a un sens économique et industriel ".

Des arguments que la direction du groupe avait balayé d’un revers dans son communiqué du 1er Octobre 2012 dans lequel ArcelorMittal justifiait la fermeture de la phase liquide par ces mots : "Différents facteurs sont  à l’origine de cette situation – en particulier, la position géographique car 400 km séparent le site de Florange du port le plus proche, ainsi que la capacité limitée de production du site qui impacte de manière négative les coûts fixes."

Ce document arrivé le 12 décembre 2012 entre les mains de la CFDT est donc une bombe car c'est la 1re fois qu'ArcelorMittal reconnaît noir sur blanc la rentabilité effective du site lorrain.

les + lus

les + partagés